©Rémy Solomon

[France]

DIMANCHE // Grande scène du Plan // GRATUIT

Réunion de trois musiciens – l’auteur-chanteur-compositeur Pascal Danaë, d’origine guadeloupéenne, le batteur Baptiste Brondy et Rafgee au tuba et sousaphone – Delgres, du nom d’un héros de l’esclavage, crée les contours d’une terra incognita, explore les racines enfouies, invente un blues personnel et intime. Rencontre autour d’une aventure musicale passionnante à l’occasion de la sortie de Mo Jodi, leur album.

Delgres ne ressemble à rien de connu. Dès les mesures inaugurales de ce trio, mené par les cordes abrasives et le chant métis du chanteur-auteur-compositeur Pascal Danaë, le créole antillais s’enroule au blues rugueux, les mélodies caribéennes s’entrechoquent aux cailloux des guitares, au rythme frondeur et chaloupé, pour créer cette terra incognita, cette cartographie de l’imaginaire intime, aussi naturelle qu’inattendue. Déjà, lors de son précédent projet, Rivière Noire (Victoire de la Musique 2015), avec Jean Lamoot et Orlando Morais, méditation bienheureuse autour des racines africaines du Brésil, le maître révélait une poésie à l’évidence lumineuse.

Cette magie s’explique par sa prise de risque et de liberté. Car Pascal Danaë s’affranchit de tout code. Ainsi explique-t-il : « Pour moi, il n’y a aucune frontière entre le baroque et Joe Satriani. Il y a des timbres, des rythmes, des notes, et d’infinies combinaisons possibles, avec lesquelles tu joues. Après, mes chansons s’unissent selon un ADN commun – ma signature. »

www.delgresmusic.com

Dernier album : Mo Jodi (septembre 2018)